Montpellier, 34070, France
joanna@joannacramer.fr
0603700039
Close
0603700039 joanna@joannacramer.fr
La thérapie des schémas?

La thérapie des schémas de Young est une psychothérapie tirant notamment ses sources des TCC. Les “schémas” se développent au cours de l’enfance ou de l’adolescence et sont en lien avec le vécu du sujet. Ils sont responsables de la mise en place de “stratégies” d’adaptation qui entraînent un style comportemental et relationnel particulier, spécifique à la personne. Ainsi, le thérapeute aide le patient à identifier ses schémas, à en comprendre les origines et à les mettre en relation avec ses problèmes. Il associe des techniques cognitives, émotionnelles, comportementales et interpersonnelles pour remplacer ou modifier les schémas et les styles d’adaptation dysfonctionnels par des comportements plus sains. La thérapie des schémas confirme son efficacité pour les personnes souffrant de troubles de la personnalité, notamment dans le traitement de troubles tels que l’anxiété et la dépression.

Dans le domaine de la psychothérapie, le schéma est défini comme «tout grand
principe organisateur ayant pour but d’expliquer les expériences vécues par un
individu. » (Young et al., 2005). Au cours du développement, des schémas se
constituent précocement à partir des expériences vécues et continuent à être alimentés
par les évènements de la vie.

Pour Young, parler du schéma d’une personne équivaut à cerner ses modèles de
réactions face à certaines situations: cognitives, émotionnelles, mnésiques et corporelles. Lorsque ces modèles sont activés ou utilisés par l’individu, ils provoquent une réponse comportementale: les comportements
sont dictés par les schémas, mais n’en font pas partie».

Les schémas expliquent les modèles de réactions internes et externes qui perdurent dans
le temps, ce qui en fait des fondements de la personnalité. Pour Young, les schémas ne
sont pas uniquement constitués de croyances; des émotions, des souvenirs et des
sensations physiologiques en font également partie.

Les schémas précoces inadaptés de Young
Les schémas peuvent être adaptés ou inadaptés contribuant plus ou moins au bien-être d’une personne et à son fonctionnement : il existe des schémas positifs et des schémas négatifs, de même qu’il existe des schémas
précoces et des schémas tardifs  (Young et al., 2005).

La thérapie des schémas
Elle s’intéresse aux schémas inadaptés.
Young et al. (2005) proposent six caractéristiques des schémas précoces inadaptés
La dernière caractéristique permet de différencier les schémas adaptés des
schémas inadaptés :

• Un modèle ou un thème important et envahissant,
• Constitué de souvenirs, d’émotions, de cognitions et de sensations corporelles,
• Concernant soi-même et ses relations avec les autres,
• Constitué au cours de l’enfance et de l’adolescence,
• Enrichi tout au long de la vie de l’individu,
• Dysfonctionnel de façon significative.

Un individu peut comprendre rationnellement la fausseté d’une croyance tout en
réagissant affectivement comme si elle était vraie. Ainsi, une personne peut affirmer
savoir rationnellement que son conjoint ne lui est pas infidèle, mais être en même temps
habitée par une forte peur d’être trompée.

Le concept de schémas inadaptés de Young rend compte du caractère irrationnel des réactions affectives. D’ailleurs, la persistance des émotions et des sensations associées aux schémas inadaptés malgré la remise en
question des croyances associées déconcertent et dévalorisent bien souvent les patients
puisqu’ils ne s’expliquent pas cette apparente contradiction. C’est pour cela que je couple la thérapie cognitivo- comportementale qui remet en question les pensées dysfonctionnelles tout en comprenant son ou ses schéma(s) inadapté (s).

Origines des schémas
L’origine des schémas est intimement liée à la réponse aux besoins affectifs
fondamentaux: « Notre idée de base est que ces schémas sont la conséquence de besoins affectifs fondamentaux qui n’ont pas été comblés au cours de l’enfance» (Young et al.,
2005.

 

Young postule cinq de ces besoins affectifs fondamentaux sans les définir
ni les étayer. Il ne fait qu’en proposer une liste (Young et al. 2005) :

• La sécurité liée à l’attachement aux autres,
• L’autonomie, la compétence et le sens de l’identité,
• La liberté d’exprimer ses besoins et ses émotions,
• La spontanéité et le jeu,
• Les limites et l’ autocontrôle.

Young (cité dans Young et al., 2005) identifie dix-huit schémas inadaptés.

Les évènements déclencheurs
Selon la formulation de Young, les schémas inadaptés sont «activés» chez les
patients par « des évènements de leur vie, qu’ils perçoivent inconsciemment comme
identiques aux évènements traumatiques de leur enfance. » (Young et al. 2005).

Les stratégies d’adaptation dysfonctionnelles
Les patients présentant des schémas inadaptés vont développer des stratégies ou
des styles pour « s’adapter à leurs schémas, tout en évitant de ressentir les émotions
intenses et insupportables que ceux-ci engendrent. » (Young et al., 2005). Ces
stratégies d’adaptation peuvent être de nature cognitive, émotionnelle ou
comportementale bien que ces dernières modalités soient plus fréquemment utilisées.

 

La thérapie des schémas permet de travailler sur

-L’ Identification des scénarios de vie dysfonctionnels
-L’Identification  des schémas  inadaptés
-La Compréhension des origines des schémas dans l’enfance et l’adolescence

 

Couplée pour ceux qui souhaitent faire ce travail à la Thérapie cognitivo comportementale:

  • Identification des pensées dysfonctionnelles
  • Restructuration cognitive